Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

4 avenue Hoche | 75008 Paris

00 33 1 75 43 62 62

Prothèse mammaire texturés – ANSM

L’actualité est marquée dans le domaine de l’augmentation mammaire par prothèse, par les recommandations d’avril 2019 émises par l’Agence nationale du médicament et de Santé (ANSM) sur les prothèses mammaires texturées .

La question des prothèses mammaires texturées

Depuis avril 2019, l’Agence nationale du médicament et de Santé (ANSM) a retiré du marché la quasi totalité des implants texturés. Le risque serait l’exceptionnelle survenue d’un cancer appelé lymphome anaplasique à grandes Cellules LAGC-AIM . Ce risque est exceptionnel et n’a jamais été découvert sur des implants à paroi lisse. L’ANSM recommande désormais l’usage de prothèse mammaire lisse par mesure de précaution.

Même si le risque de LAGC-AIM est exceptionnel, l’évolution des données scientifiques, nous fait choisir de recourir dorénavant exclusivement aux implants mammaires lisses. la fluidité du gel, leur confère une parfaite mobilité avec les mouvements du sein, et un aspect très naturel quasiment identique à celui d’implants mammaires anatomiques.

Informations aux patientes ayant bénéficié d’augmentation mammaire par prothèse texturée

L’Agence nationale du médicament et de Santé (ANSM) a émis des recommandations sur les implants mammaires à paroi texturé. Nous vous invitons à prendre connaissance du communiqué de la société française de chirurgie plastique à ce propos..

En résumé :

  • le risque est exceptionnel
  • Pas d’explantation préventive des implants mammaires
  • La recommandation actuelle chez les femmes porteuses d’implant mammaire est une surveillance annuelle chez le chirurgien, gynécologue ou médecin traitant
  • Un changement d’implant mammaire reste indiqué tous les 10 ans.

Face à des signes fonctionnels ou physiques (épanchement péri-prothétique abondant, augmentation de volume, douleur, inflammation, masse, ulcération, altération de l’état général) survenant notamment à distance de la phase post-opératoire chez une femme porteuse d’implant mammaire, le diagnostic de LAGC-AIM doit être évoqué. Une consultation médicale s’impose alors.

Le cas des prothèses mammaires ALLERGAN

ALLERGAN est un laboratoire américain, qui a été pendant longtemps le plus important fabricant d’implants mammaires en France, tant en esthétique qu’en reconstruction mammaire. Très présents dans le monde entier, ces implants sont aussi bien utilisés dans les Hôpitaux Publiques que par les chirurgiens libéraux. Ces implants sont un gage de qualité puisqu’ils sont validés par la très rigoureuse F.D.A américaine.

En 2015, le risque de LAGC (lymphome anaplasique à grandes cellules) en relation avec les implants mammaires a été validé scientifiquement par la Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique, et une corrélation plus élevée avec les implants à parois macro-texturées est suspectée. Ce risque est néanmoins exceptionnel : 59 patientes sur près de 400.000 patientes implantées en France.

Du fait du caractère exceptionnel du LAGC, il n’est pas possible d’identifier précisément les facteurs de risques associés à cette pathologie, qui sont vraisemblablement multiples. A côté de la texturation de surface des implants en effet, le rôle de certains microbes et le terrain génétique ont été́ incriminés, qui nécessitent aussi des études complémentaires.

En revanche, il a été constaté que le risque est plus élevé chez les patientes porteuses d’implant à paroi macro-texturée Biocell fabriqué par Allergan.

Le 22 novembre 2018, Le Directoire Professionnel des Plasticiens réuni sous l’égide de la Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique a adressé à ses membres (dont je fais partie) un communiqué officiel, qui ne recommande pas d’explantation préventive à titre systématique des implants ALLERGAN, car le risque de survenue d’un LAGC est extrêmement faible. En revanche, elle recommande de ne plus les implanter et reste prudente d’une manière générale sur tous les implants à parois macro-texturées.

En févier 2019, l’Agence nationale du médicament et de Santé (ANSM) a décidé d’interdire la pose de ces implants, du fait de ce risque plus élevé.

Le 4 avril 2019, l’ANSM a décidé par principe de précaution de retirer également du marché les implants macro-texturés de 7 laboratoires.

La recommandation actuelle chez les femmes porteuses de prothèse mammaire Allergan est :

  • une surveillance annuelle chez le chirurgien, gynécologue ou médecin traitant avec examen clinique et échographie.
  • En cas d’épanchement abondant, d’augmentation de volume, de douleur, d’inflammation, ou de toute anomalie au niveau du sein, quel que soit le moment de sa survenue ou en cas de traumatisme sur le sein, une consultation médicale est indispensable.
  • Sachez que la recommandation actuelle chez toutes femmes porteuses d’implants mammaires (quel que soit le laboratoire) est un changement tous les 10 ans