4 avenue Hoche | 75008 Paris

00 33 1 75 43 62 62

Augmentation des pommettes par lifting centro-facial

Le lifting malaire est très efficace pour repositionner une pommette qui s’est affaissée. Il est donc indiquée dans le cadre du traitement du vieillissement, après 40 ans.

Qu’est-ce que le lifting malaire ?

Le lifting malaire est un lifting qui remonte la pommette, corrige le creux du cerne et réduit le bourrelet supérieur du sillon nasogénien. Il traite donc le tiers moyen du visage, qui s’affaisse progressivement avec l’age, en donnant des résultats très efficaces.

Ce lifting est donc indiqué uniquement dans le cas du vieillissement lorsque les pommettes se sont affaissées, soit minimum après 40 ans.

Cette intervention augmente-t-elle le relief de la pommette ?

Oui, il l’augmente en repositionnant les tissus qui se sont affaissés. En revanche, il ne l’augmente pas d’avantage qu’elle n’était par le passé. En effet, avec le temps la pommette perd en volume graisseux et s’affaisse. Le volume graisseux repositionné est donc moins volumineux que celui de la pommette à un age antérieur.

Cela constitue un avantage important, car il n’y a pas de risque de résultat « gonflé » comme avec une injection de graisse excessive.

Effets associés du lifting malaire

Il permet de combler le creux des cernes et la vallée des larmes, réduire le bourrelet haut du sillon nasogénien. Il raccourcit également la hauteur de la paupière inférieure donnant un visage plus jeune.

.

Poser votre question

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Commentaires

  • Chadė
    11 juin 2016

    Ou se situent les cicatrices d ‘ un lifting malaires ?
    En avez vous déjà chez sur des femmes africaines ?
    Une anesthésie locale ou légère (en respirant naturellement est elle possible ?

    • Dr. Yohann DERHY
      20 juin 2016

      Bonjour, le lifting malaire se fait préférentiellement sous anesthésie générale. Les cicatrices sont positionnées sous les cils. J’ai déjà pratiqué cette intervention chez des femmes africaines, dont je m’étais au préalable assuré de la qualité de leur cicatrisation à d’autres endroits du corps. Cordialement,