4 avenue Hoche | 75008 Paris

00 33 1 75 43 62 62

Les 4 principes de la reconstruction du nez

La reconstruction du nez repose sur des principes fondamentaux, pour parvenir à un résultat de qualité. Nous avons souhaité exposé ces principes de façon simplifier pour aider les patients à mieux comprendre la décision thérapeutique.

Les grands principes de la rhinopoièse

Ces principes sont indispensables à connaître pour tout médecin qui prend en charge un patient porteur d’une perte de substance du nez, que ce soit le dermatologue lors de l’annonce du diagnostic d’un cancer cutané étendu, ou le médecin urgentiste recevant une plaie complexe du nez.

1er principe : Les procédés de reconstruction d’une perte de substance suivent toujours une même chronologie

Ils vont du plus simple au plus complexe : cicatrisation dirigée, suture directe, greffe de peau, greffe composée (peau + cartilage par exemple), lambeau.

2ème principe : Les procédés de reconstruction complexes (greffe composé, lambeau) d’une perte de substance ne se font jamais à chaud

En effet, ce sont des procédés qui sont disponibles en quantité limité, et qui ne peuvent cons pas être réutilisés en cas d’échec.

Ainsi, en cas de plaie, il est le plus souvent nécessaire d’attendre le processus de détersion des parties molles avant reconstruction, pour éviter toute suppuration.

En cas de tumeur, il faut attendre les résultats anatomopathologiques, pour ne pas reconstruire sur de la tumeur résiduelle, ce qui obligerait à pratiquer l’exérèse de sa reconstruction lors de la reprise tumorale.

En cas de tumeur à haut risque de récidive, on choisira dans l’immédiat des procédés de reconstruction simple voire aucune réparation si le procédé de reconstruction ne peut être que complexe. C’est seulement après quelques mois de surveillance, que l’on pourra envisager une reconstruction complexe, une fois la certitude obtenue que le cancer n’a pas récidivé.

3ème principe : Les tissus prélevés pour réaliser la reconstruction doivent avoir la couleur, et la trophicité la plus proche possible du nez.

Ainsi, nous commençons toujours par utiliser les tissus des régions périphériques au nez, avant de recourir à des tissus à distance. C’est un point essentiel dans le choix du tissu donneur.

4ème principe: En cas de perte de substance partielle d’une sous-unité esthétique, il faut reconstruire la totalité de la sous-unité

, Cela est essentiel pour que les cicatrices soient positionnées entre les sous-unités esthétiques. Ainsi les cicatrices seront dissimulées dans les zones d’ombre qui séparent les sous-unités.

Articles liés

    No Related Post

Poser votre question

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *