4 avenue Hoche | 75008 Paris

00 33 1 75 43 62 62

Nymphoplastie: réduction de l’hypertrophie des petites lèvres

La nymphoplastie est une chirurgie intime très fréquente depuis une le milieu des années 2000. Il s’agit d’une chirurgie de réduction de l’hypertrophie des petites lèvres de la vulve , c’est-à-dire excessivement développées. Elle donne d’excellents résultats naturels et harmonieux, à condition de choisir la bonne technique selon la morphologie des lèvres.

Qu’est ce que la nymphoplastie ou chirurgie de réduction des petites lèvres ?

La nymphoplastie correspond à la chirurgie esthétique de réduction de l’hypertrophie des petites lèvres de la vulve de la femme, c’est-à-dire la réduction des petites lèvres trop développées.

A partir de quand parle-t-on d’hypertrophie des petites lèvres ?

L’hypertrophie des petites lèvres n’est pas définie médicalement par une mesure précise, car ce qui compte c’est la gêne quotidienne induite par l’hypertrophie des petites lèvres. Cependant, la plupart des études anatomiques, évoquent l’hypertrophie des petites lèvres lorsqu’elles mesurent 4 cm ou plus.

Nous attachons une importance relative à ces mesures chiffrées, le point déterminant étant selon nous, le retentissement quotidien, qui fera de vous une bonne candidate à la nymphoplastie.

Les candidates à la nymphoplastie

Les patientes souhaitant une nymphoplastie présentent généralement au moins l’un des troubles suivants, que nous avons pu constater dans notre expérience personnelle :

  • gêne au quotidien dans différentes activités par frottement ou « coincement » des petites lèvres
  • gêne à l’habillement avec douleurs des petites lèvres avec des pantalons serrés, ou des strings
  • gêne et/ou douleur lors du sport, notamment l’équitation ou le vélo
  • gêne sexuelle, avec douleur lors de la pénétration par blocage des petites lèvres
  • gêne psychologique : honte à être nue devant son partenaire
  • gêne esthétique

Principes de la chirurgie de la nymphoplastie

L’intervention chirurgicale consiste à retirer la portion excédentaire de petite lèvre, selon différents procédés techniques :

  • de façon triangulaire afin de dissimuler la cicatrice au maximum, évitant ainsi les frottements, les irritations ou la rétraction cicatricielle.
  • L’autre technique de nymphoplastie consiste à retirer l’excès de lèvre de façon longitudinale (c’est à dire tout le long de la lèvre). L’avantage sur la technique triangulaire est qu’elle permet de retirer plus de lèvre excédentaire, ce qui satisfait de nombreuses patientes. De plus, grâce à des techniques de suture « invisible », la cicatrice n’est pas décelable.

Ces techniques d’exérèse longitudinale ou triangulaire sont des standards chirurgicaux depuis de nombreuses années. Contrairement à ce que semblent dire de nombreux articles sur le web, nous pensons qu’il n’y a pas une technique, mais plusieurs techniques! Et en fonction de l’anatomie et des besoins de la patiente, nous choisissons celle qui est le plus adaptée. Comme toute toute intervention de chirurgie plastique, c’est du « sur mesure ».

Nymphoplastie ou labiaplastie ?

Les deux termes sont synonymes. Selon l’usage et par habitude certains évoqueront le terme de labiaplastie.

Le terme le plus couramment utilisé au niveau scientifique est l’appellation nymphoplastie.

France Info – Interview du Dr Yohann DERHY sur la nymphoplastie

france info - interview nymphoplastie derhyJe pratique la nymphoplastie depuis 2005. C’est une intervention très fréquente dans mon activité. Je pratique toutes les techniques chirurgicales, ce qui me permet aujourd’hui d’apporter à mes patientes la bonne technique pour leur cas précis. C’est le fruit d’une longue expérience. Je suis ainsi régulièrement contacté pour mon expérience en nymphoplastie.

Écouter l’interview sur la nymphoplastie de l’émission RAYONS X, à partir de à partir de 1 minute 34 secondes.

En quoi consiste la technique de nymphoplastie ?

Le principe de l’intervention est de retirer l’excès de muqueuse des petites lèvres.

Méthode de nymphoplastie longitudinale

  • Cette technique consiste à retirer l’excès de muqueuse le long de la petite lèvre.
  • Cette technique donne de très bons résultats dans le cas où l’excès de petite lèvre est réparti sur toute la longueur de la lèvre. Grâce à des techniques de suture enfouie, la cicatrice est invisible, et la lèvre conserve un aspect très naturel.
  • Il est décrit que le contact de la cicatrice avec les sous-vêtements peut entraîner des troubles de la cicatrisation et/ou des douleurs lors des rapports intimes (dyspareunie). C’est selon nous une croyance plus qu’une réalité. En effet, sur des centaines de cas opérés, je n’ai jamais constaté ce problème, chez aucune patiente.
  • En revanche, le grand avantage de cette technique sur la technique de nymphoplastie triangulaire est que le risque de lâchage de suture est exceptionnel, et s’il arrive les conséquences en sont mineures, car la lèvre cicatrisera spontanément.
  • L’autre avantage important est la possibilité de réduire la hauteur de la lèvre prêt du capuchon du clitoris, ce que ne permettent pas les autres méthodes.
  • C’est une technique très fiable, très sécurisé qui donne d’excellents résultats.
  • C’est également la première méthode de nymphoplastie proposée par la Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique.

Méthode de nymphoplastie triangulaire ou cunéiforme

technique de nymphoplastie

  • Elle consiste à retirer un triangle de muqueuse excédentaire de petite lèvre. Le triangle muqueux peut être retiré à différents niveaux de la lèvre, cependant, la meilleure technique triangulaire est celle qui consiste à retirer un triangle sur la moitié postérieure de la lèvre (voir schéma).
  • Ainsi, l’aspect des replis de la lèvre est conservé, et la cicatrice est dissimulée à la jonction de la grande lèvre et de la petite lèvre.
  • Le risque majeur de cette technique de nymphoplastie est la désunion de la cicatrice, avec lâchage de la cicatrice. Même avec le plus grand soin, nous avons rencontré ce problème chez 10% des patientes. Nous limitons donc aujourd’hui l’utilisation de ces techniques triangulaires

Méthode de nymphoplastie triangulaire postérieure: le triangle de petite lèvre est retiré sur la moitié postérieure de la lèvre, et non au milieu.

Nous sommes CONTRE les résections d’un triangle au milieu de la petite lèvre, car il y a alors de plus fréquent lâchage de suture du fait de la différence d’épaisseur des 2 parties de lèvres suturées après ablation de l’excès. De plus, il existe souvent une démarcation entre la lèvre rosée en avant, et la couleur plus foncée de la lèvre en arrière.

Tous ces risques sont réduits en cas d’ablation d’un triangle de muqueuse en arrière. C’est la seule technique triangulaire que nous utilisons, en second recours si la méthode longitudinale ne s’y prête pas.

Quelle technique de nymphoplastie choisir ?

Notre choix de technique de nymphoplastie se fait au cas par cas. Notre préférence aujourd’hui est la méthode longitudinale pour la qualité de ses résultats esthétiques et sa fiabilité avec des risques exceptionnels.

Déroulement de la nymphoplastie

Fiche pratique sur la nymphoplastie

Nous avons rédigé une fiche pratique sur la nymphoplastie afin de résumer l’ensemble de la procédure depuis la consultation préopératoire jusqu’au résultat final.

Que se passe-t-il avant l’intervention de nymphoplastie ?

  • En règle générale, nous pratiquons 2 consultations préopératoires pour une nymphoplastie.
  • Arrêt de tout médicament pouvant faciliter les saignements post-opératoires 10 jours avant l’intervention : aspirine, anticoagulants, anti-inflammatoires non stéroïdiens.
  • Prévoyez une période d’indisponibilité professionnelle courte de 2 à 7 jours selon la profession. Un arrêt de travail vous sera prescrit.

Hospitalisation pour nymphoplastie

L’hospitalisation se déroule en clinique. Elle se fait en ambulatoire, avec retour au domicile le jour-même.

Quel est le type d’anesthésie ?

La nymphoplastie se déroule classiquement sous anesthésie générale. Une anesthésie loco-régional (rachi-anesthésie) ou une anesthésie locale sont également possibles, évitant ainsi l’anesthésie générale. Une anesthésie locale est toujours associée au niveau des lèvres pour réduire la douleur post-opératoire.

L’intervention

La nymphoplastie dure moins entre 30 et 45 minutes, selon la nécessité de corriger une asymétrie ou de traiter dans le même temps le capuchon du clitoris.

Suites opératoires et conseils après nymphoplastie

Les suites opératoires sont généralement très simples et rapides. Le suivi et des conseils après nymphoplastie vous sont expliqués.

Quel est le résultat de la nymphoplastie ?

Le résultat est immédiat, avec une correction de l’excès de petites lèvres. Les douleurs sont mineures voire absentes chez la grande majorité de nos patientes.

Le résultat final de la nymphoplastie s’obtient à 3 mois, lorsque l’œdème a disparu, et que les petites lèvres ont retrouvé leurs finesses et leurs souplesses.

Les rapports sexuels sont possibles au bout d’un mois et sont le plus souvent indolores.

Comme pour n’importe quelle cicatrice du corps, l’évolution s’étale sur 6 à 12 mois au moins, avec une phase de rougeur et d’induration initiale de la cicatrice pendant 2 à 3 mois.
Cependant, au niveau des muqueuses de la vulve, la cicatrisation est le plus souvent excellente, avec des cicatrices non visibles au bout de 1 à 2 mois.

Prix de la nymphoplastie

Le prix de la nymphoplastie dépend de la prise en charge ou non par la sécurité sociale. Elle est le plus souvent prise en charge partiellement par la sécurité sociale, sans critère restrictif. Le reste à charge est pris en charge par votre mutuelle, selon la qualité de votre contrat.

Risques de la nymphoplastie

Les complications de la nymphoplastie sont heureusement très rares. Les patients sont dans l’immense majorité des cas très satisfaits du résultat obtenu. Cependant les complications sont non prévisibles, et peuvent survenir même lorsque le chirurgien présente l’ensemble des compétences requises à l’exercice de la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.

Complications générales de la nymphoplastie

Les risques liés à l’anesthésie générale

Les hématomes pouvant conduire à une ré-intervention

Les infections du site opératoire rares, et prévenues par une bonne hygiène et des soins locaux notamment après chaque miction.

Complications spécifiques à la nymphoplastie

  • Des troubles de la sensibilité de la région opérée sont possibles, à type d’insensibilité ou d’hypersensibilité. Ils peuvent être associés à des douleurs à la pression de la région cicatricielle. Ces symptômes sont le plus souvent transitoires et disparaissent quelques mois après la nymphoplastie.
  • Des troubles de la cicatrisation peuvent apparaître. Plus que de cicatrices larges, hypertrophiques, ou chéloïdes, il s’agit surtout de désunion plus ou moins complète des sutures, qui constitue le risque majeur. Dans ce cas, une ré-intervention secondaire est possible, après cicatrisation complète de la désunion
  • Des douleurs lors des rapports sexuels, exceptionnelles et le plus souvent transitoires.

Articles liés

    No Related Post

Poser votre question

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

23 Commentaires

  • Marine
    3 octobre 2016

    Bonjour Dr Derhy,
    A propos de nymphoplastie , vous parlez aussi de sutures en utilisant la technique longitudinale, cela signifie t il que vous utilisez des fils résorbables ? Je me suis renseignée et certains chirurgiens utilisent juste un bistouri électrique, cette technique m’effraie un peu surtout pour un joli résultat . Mais je suis sujette aux « lâchages de fils » donc j’ ai beaucoup de mal a prendre une décision et surtout très peur.
    Merci de votre réponse , vos RDV sont si longs à attendre .

    • Dr. Yohann DERHY
      9 octobre 2016

      Bonjour, il est toujours nécessaire de suturer les petites lèvres après en avoir retiré la partie excédentaire. Dans le cas de la technique de nymphoplastie longitudinale les risques de désunion sont exceptionnels. Ce qui explique notamment ma préférence nette pour cette technique, rapide fiable et dont les résultats sont très naturels. Cordialement,

  • Tania
    17 août 2016

    Bonjour,
    Ma fille de 15ans est très complexée et gênée par ce problème. Est-il possible d’opérer à cet âge ? Est ce pris en charge par la sécurité sociale ?
    Merci beaucoup pour votre réponse
    Cordialement

    • Dr. Yohann DERHY
      12 septembre 2016

      Bonjour, la nymphoplastie peut s’envisager une fois que la croissance est achevée, ce qui est souvent le cas chez une jeune femme de 15 ans. Si le problème est vraiment majeur et invalidant, nous pourrons envisager de l’opérer, et une petite prise en charge partielle par la sécurité sociale sera possible. Cordialement,

  • alexia
    11 mai 2016

    Bonjour,
    j’ai subi une nymphoplastie le 29 mars dernier (type cunéiforme) avec lachage total de suture. Le chirurgien m’a réopéré un mois plus tard une fois l’oedème résorbé, cette fois ci avec des points (pas de surjet) et du fil non résorbable.
    Résultat: 3 jours après désunion totale à gauche avec reprise immédiate.
    J’ai donc été réopérée vendredi dernier et depuis hier matin les points sautent les uns après les autres… Ils ne veulent plus me reprendre…
    Je suis désespérée car j’ai choisie de faire cette opération uniquement parce que je suis cavalière professionnelle qu’une lèvre me faisait mal et devenait violette quand je montais à cheval. Mais esthétiquement elles ne me génaient pas!! Elles étaient grandes mais jolies et symétriques…
    Je me sens mutilée et ce qui n’était pas un complexe en devient un…
    Quand je vois votre site je me rend compte que je n’ai pas été informé correctement des risques de cette opération.
    Vous est il possible d’arranger ça? Ou connaissez vous de bons praticiens dans la région Rhone Alpes ou Sud? (quitte à raser les lèvres , je ne veux pas garder un lambeau encore plus génant qu’avant, et je doute que reprendre une quartième fois la suture soit une bonne idée)
    Merci d’avance

    • Dr. Yohann DERHY
      11 mai 2016

      Bonjour, la désunion est malheureusement un problème fréquent avec la nymphoplastie cunéiforme, qui peut survenir alors que l’intervention est parfaitement réalisée. Je pense que c’est un souci lié à l’anatomie vasculaire des petites lèvres. Après 3 tentatives de suture, je vous conseille de laisser les tissus cicatriser. Il faudra revoir le problème dans 3 mois minimum, et envisager une correction par une autre technique. Cordialement,

  • Sarah
    2 mai 2016

    Bonjour Monsieur,
    Pratiquez vous l’opération de réduction du capuchon clitoridien ?
    Merci Beaucoup
    Sarah

    • Dr. Yohann DERHY
      5 mai 2016

      Bonjour, je pratique la réduction du capuchon clitoridien le plus souvent au cours d’une nymphoplastie, mais aussi de façon isolée. Cette intervention est purement esthétique sans aucune prise en charge de la sécurité sociale. Cordialement,

  • LuLu
    22 avril 2016

    Bonjour, votre article est très intéressant. Pourriez-vous me recommander un confrère pratiquant la nymphoplastie dans la région Niçoise ou Cannoise ? Merci de votre aide
    Lulu.

    • Dr. Yohann DERHY
      25 mai 2016

      Bonjour, je vous remercie. Je n’ai malheureusement pas de connaissance dans votre région, quant à un chirurgien pratiquant de façon fréquente la nymphoplastie. Cordialement,

  • Lisa
    23 mars 2016

    Bonjour,

    je vis à Montpellier, avez vous des confrères tout à fait sûr de confiance vers qui m’orienter ?

    Merci

    • Dr. Yohann DERHY
      26 mars 2016

      Bonjour, la nymphoplastie est une intervention spécialisée qui n’est pas pratiquée par tous les chirurgiens plasticiens. Je ne connais personne sur Montpellier dont je puis me porter garant. Mais renseignez vous auprès du conseil de l’ordre des Medecins de votre département. Cordialement,

  • ASTRIDE
    7 janvier 2016

    bonjour,
    je me permets de vous envoyez ce message pour avoir des informations si il est possible de réduire la vulve pelvienne par nymphoplastie car je suis tres complexé par cette dernière.

    • Dr. Yohann DERHY
      9 janvier 2016

      Bonjour, la nymphoplastie est une intervention qui donne d’excellents résultats pour réduire les lèvres de la vulve trop volumineuses. C’est un traitement simple et rapide. Cordialement,

  • stéphanie
    20 octobre 2015

    Bonjour ,
    Je souhaiterai connaitre le tarif pour une nymphoplastie ?
    Cordialement

    • Dr. Yohann DERHY
      20 octobre 2015

      Bonjour, le tarif de la nymphoplastie est indiqué sur mon site à la rubrique tarif. Vous trouverez une fourchette de prix selon la complexité de votre cas. Un devis précis vous sera remis en consultation. Cordialement,

  • Jeanne
    21 septembre 2015

    Je me suis faite opérée par le Dr DERHY le 17 juin 2015. Le résultat est top. Je n’a plus le problème de petites lèvres qui pendent. Je voulais témoigner pour toutes celles qui ont peur, comme je l’ai eu. C’est finalement assez simple, sans douleur après. J’ai eu une tehcnique de nymphoplastie longitudinale, et le résultat est très naturel, on ne voit pas la cicatrice. Je vous recommanderai. Merci.

    • Dr. Yohann DERHY
      27 septembre 2015

      Bonjour Madame, je vous remercie pour votre témoignage. La nymphoplastie donne en effet de bons résultats pour des patientes motivées. Cordialement,

  • Virginie
    27 décembre 2013

    Bonjour,je souhaitais de tout coeur dire un « méga » merci au Docteur Derhy qui m’a opéréé d’une nymphoplastie!Le résultat est magnifique,je me sens super bien,pas de douleurs!l’opération a été réalisé depuis environ 3 semaines et je suis la plus heureuse du monde!!Je conseille à toutes celles qui se sentent gênées d’aller voir ce chirurgien « aux doigts d’or »!!!!mille millions de merci Mr Derhy

    • Dr Yohann DERHY
      22 janvier 2014

      Bonjour Virginie, Je vous heureux d’avoir pu vous aider, et je vous remercie sincèrement de votre confiance. A bientôt,

  • Chloe
    3 septembre 2012

    Je vais me faire opérer a 19 ans et je suis très confiante! Perso, je ne peut plus rester avec des grosses « petites lèvres ». En plus des douleurs, le complexe est immense…

  • carol.du
    11 juillet 2012

    J’ai été opéré par le Dr Derhy d’une nymphoplastie en juin 2011. Le résultat est très esthétique. Je voulais dire aux différentes femmes qui sont gênées par leurs petites lèvres trop grandes, que l’intervention est rapide et sans douleur. Personnellement, je n’ai pas eu mal. Juste des gonflements pendant 1 mois. Le cap est difficile à franchir, j’ai mis personnellement 4 ans. Mais cela me permet aujourd’hui de me senitr mieux avec mon corps. Juste un petit témoignage d’une patiente très satisfaite.

    • nany
      29 août 2012

      bonjour carol,
      j me permet de t’envoyer un message car suite a ton com bien evidement tu te doute bien que j’aimerai me faire operer egalement cela me trote ds la teet depuis bien lomtemp mais une peur et une gene me font repousser cette acte…..
      j’aimerai en savoir plus si cela ne te derange pas. au niveau esthetique douleur le apres: sexuelement , ect…. merci de ta reponse a bientot….